Culture traditionnelle à Kanazawa

L’école de nō de Kaga Hosho

Profiter d'une visite à Kanazawa pour découvrir l'art du théâtre nō.

De Kanazawa, les gens disent souvent que « les chants de nō y tombent du ciel », ce qui peut vouloir dire que même les jardiniers, du haut de la cîme des arbres, ont pour habitude d’entonner des airs de nō pour se donner du coeur à la tâche. Cela prouverait également que cette forme d’art était appréciée non seulement des samouraïs et autres guerriers mais aussi du petit peuple.

Geisha à Kanazawa

Découvrez l'art intemporel des geishas dans les maisons de thé des quartiers Higashi, Nishi et Kazue-machi chaya

Caractérisées par leurs élégantes fenêtres à treillis, de splendides maisons de bois dans lesquelles vivaient et travaillaient les geishas ont été remarquablement préservées. Aujourd'hui encore, les geishas mettent un point d'honneur à maintenir vivants leur art et leurs traditions, hérités des temps féodaux au fil des générations, à travers leurs danses raffinées et leur maîtrise du chant et des instruments de musique traditionnels.

Koto Sangen

Découvrir des instruments de musique traditionelle

Durant la période d'Edo (1603-1867), les femmes et filles de la noblesse guerrière, les samouraïs, avaient pour habitude de jouer du koto (la harpe japonaise), du shamisen ou du sangen (un instrument de musique à trois cordes). Encore aujourd'hui, de nombreuses femmes et jeunes filles continuent d'apprendre à jouer de ces instruments traditionnels typiquement japonais.

La cérémonie du thé (Chado)

La cérémonie du thé (chado), serait née au cours de la période Muromachi (1336-1573). Pendant la période Sengoku (1467-1568), sa pratique était un des signes distinctifs de la classe des samouraïs pour lesquels elle symbolisait la puissance, la sagesse et le prestige. Mais ils l'utilisaient aussi pour divertirs leurs hôtes. Le premier des chefs du clan féodal de Kaga, Maeda Toshiie, avait appris l'art du thé après du grand maître Sen-no Rikyu, comme l'avait fait aussi Oda Urakusai, l'un des seigneurs les plus importants de l'époque. Maeda Toshiie fit beaucoup pour développer la pratique de la cérémonie du thé dans son fief de Kaga.